Reconstruction mammaire

Après une amputation partielle ou totale, la chirurgie permet de retrouver une poitrine harmonieuse en forme et volume, afin de permettre à la patiente de retrouver sa féminité sans devoir utiliser une prothèse externe dans le soutien-gorge.
La reconstruction mammaire sera la dernière étape dans la victoire contre la maladie.
C’est une reconstruction physique du corps mais aussi une étape psychologique importante dans le retour à la vie normalisée de la femme après une amputation partielle ou totale du sein.

Ex-Seins-Reconstruction1

Reconstruction par Grand Dorsal

Ex-Seins-Reconstruction2

Correction Reconstruction

  • PROCEDURE GENERALE ET PRE-REQUIS
    C’est une procédure longue en plusieurs étapes qui s’étalera sur 1 an environ.
Cette chirurgie n’a pas la prétention de rendre le sein amputé, mais, le plus souvent, reconstruire une poitrine, c’est-à-dire un travail sur les 2 seins afin de retrouver une symétrie.

La reconstruction doit venir après la réalisation du deuil du sein perdu et après plusieurs consultations afin de se préparer à un retour au bloc opératoire.

 

  • ETAPE 1
    La première étape sera celle de la reconstitution de l’entité mammaire manquante.
Le choix de la technique se fera au cours des consultations avec le chirurgien afin de choisir la technique opératoire la plus adaptée à la patiente en fonction de l’examen clinique, de la morphologie et des attentes de la patiente.
En effet, il existe de nombreuses techniques chirurgicales, avec ou sans prothèses, en une ou plusieurs étapes.
Les techniques sont :
– la prothèse mammaire, avec ou sans expansion au préalable
– le lambeau de grand dorsal, par utilisation de la peau et du muscle dorsal par le biais d’une cicatrice au niveau de la bretelle de soutien gorge
– le transfert graisseux
– les lambeau issus de l’abdomen (TRAM ou DIEP)
Un séjour de 5 à 7 jours sera nécessaire en surveillance. Une reprise de l’autonomie sera rapide pour les gestes du quotidien. Le retour au domicile se fera facilement avec une période d’arrêt de travail de 3 à 5 semaines.
Les soins infirmiers seront d’une dizaine de jours, tous les 2 jours.
La reprise de la douche sans pansement pourra se faire avec le contrôle par le chirurgien vers le 10ème jour.
Une rééduction kinésithérapique ne sera pas toujours nécessaire.
Les suites opératoires peuvent être essentiellement marquées par un risque de lymphorrhée (collection de lymphe) qui pourra nécessiter une ponction par le chirurgien lors des consultations de contrôle).

 

  • ETAPE 2
    La deuxième étape sera celle de la symétrisation : temps ou l’on opérera le sein natif restant afin de calquer sur le volume et la forme du sein antérieurement reconstruit.
Le plus souvent, il s’agira d’une récution mammaire ou d’un lifting du sein. Quelque fois, une augmentation du sein trop petit sera proposé par la mise en place d’une prothèse ou par réinjection graisseuse autologue.

 

  • ETAPE FINALE
    La dernière étape est celle de la reconstruction de la plaque aréolo-mamelonnaire, geste qui peut se réaliser sous anesthésie locale. L’aréole sera reconstruite par greffe de peau ou dermopigmentation (tatouage). Le mamelon nécessitera un greffon de la moitié du mamelon controlatéral ou par plastie cutanée locale.
Chaque étape se réalise à la demande de la patiente qui programmera ses différents temps opératoires à son rythme et en fonction de sa reprise d’activité professionnelle.

 

 

Dr Jean Delpierre © 2019. All rights reserved. | Site crée par Graphilab